Des comptes en rouge, un équilibre démographique instable, une pression budgétaire insupportable … Le gouvernement progresse dans sa réforme des retraites avec beaucoup de fausses preuves des carences du système actuel. Cependant, bon nombre de ces hypothèses sont discutables et masquent la volonté de réduire la charge financière du système de retraite par répartition.

1 / Ce sont les politiques libérales qui ont mis les retraites en rouge

Il est entendu que le régime de retraite affichera un déficit compris entre 7,9 et 17,2 milliards d'euros en 2025. Une somme qui doit être obtenue en travaillant plus longtemps, de sorte que la conférence de financement devra définir avant l'été.

Cependant, ce forum mérite beaucoup de commentaires. Elle résulte en grande partie de la diminution du nombre de fonctionnaires et du gel de leurs salaires pendant dix ans, ce qui entraîne mécaniquement une perte de cotisations. De même, la législation sociale de ces dernières années, toutes visant à rechercher la «modération salariale», a pénalisé les comptes de la sécurité sociale. Selon les calculs de la Cour des comptes, la décélération des salaires en 2019 fait perdre un milliard d'euros de recettes pour l'ensemble du système (1).

Les gouvernements successifs ont également été généreux en réduisant les cotisations des employeurs à la sécurité sociale. La Cour des comptes a enregistré un don de 66 milliards d'euros en octobre 2018, soit une augmentation de 100% depuis 2013. Ce gain inattendu fait défaut dans les fonds obligatoires de sécurité sociale de base et de solidarité pour la vieillesse (FSV), mais il a Il est indemnisé financièrement par l'Etat, comme l'exige la loi depuis 1994. Cependant, ce principe a été brisé fin 2018. Le gouvernement d'Edouard Philippe s'est vu accorder une exception. 1,6 milliard d'euros n'ont pas été indemnisés en 2019 et les comptes sociaux manqueront de 3 milliards d'euros en 2020. De quoi se préparer aux futures dettes des budgets sociaux, qui justifieront des contre-réformes libérales.

La réforme présentée à l'Assemblée soulève de nombreuses questions du côté des revenus. La limitation des primes pour ceux qui gagnent beaucoup fera perdre 3 700 millions d'euros de revenus au régime pendant la transition et de grands doutes subsistent quant aux contributions des services publics. En alignant le taux très élevé de cotisation patronale du public (74% pour l'État, 30% pour l'hôpital et les collectivités) sur le taux privé, la perte de revenus du régime de retraite sera de 45,9 milliards d & # 39 ; euros par an, selon l'étude d'impact. Le gouvernement prévoit, selon le projet de loi, "Maintenir en 2025 au même niveau la contribution générale de l'Etat au régime des pensions". Rien n'indique comment cette compensation prendra et ce qui se passera après 2025.

Cependant, l'étude d'impact a vraiment réduit le poids du régime de retraite dans notre économie, alors que le gouvernement s'est jusqu'à présent limité à l'idée d'un plafond pouvant aller jusqu'à 14% du PIB. Le texte estime que la réforme entraînera une perte de poids du régime pouvant atteindre 12,9% d'ici 2050.

2 / Remplacer le système de plomberie ne coûterait pas autant

Il est écrit par le Pension Guidance Council: les cotisations doivent être augmentées de 1 point pendant cinq ans, soit 0,2 point par an, pour réduire le déficit qui apparaîtrait en 2025. Cependant, le gouvernement refuse catégoriquement de fonctionner ce levier.

Il existe d'autres solutions.

67% de l'article reste à lire.




Pour lire le reste de cet article, identifiez-vous ou créez un compte:

Article réservé

Pour lire cet article:

Voir nos offres d'abonnement,
à partir de 8 € / mois.

Déjà abonné?
Veuillez vous connecter.

Promotion chez notre partenaire