François Guimard s'est lancé le défi de traverser la Nouvelle-Zélande à vélo. Le pari a gagné.
François Guimard s'est lancé le défi de traverser la Nouvelle-Zélande à vélo. Le pari a gagné. (© DR)

Vous avez quitté La Chapelle-Caro (Morbihan) pour faire votre stage final à Montréal. Sept ans se sont écoulés depuis et il réside toujours au Canada. Qu'est-ce qui vous a poussé à laisser vos bagages à 5 250 kilomètres, en ligne droite, de votre ville natale?

«Au départ, c'était pour faire mon dernier stage. Maintenant, je suis bon citoyen! Pourquoi ai-je voulu rester ici? D'abord parce qu'on m'a proposé un poste à la Fédération cycliste du Québec après mon stage.

Je me suis vite rendu compte qu'au Canada, la confiance prime sur les diplômes et qu'il est possible d'avoir rapidement une belle expérience professionnelle.

J'ai donc naturellement accepté l'offre et j'y suis resté un an et demi.

La pression sociale y est également nettement moindre qu'en France. Le Canada est connu pour sa tranquillité, et cela me convient bien. Je me sens bien ici. Je ne suis pas fermée à l'idée de vivre à nouveau en France un jour, avec l'expérience acquise ici, je pourrai mieux trouver ma place, c'est sûr.

Que faites-vous professionnellement?

Je suis indépendant dans le secteur des événements sportifs. J'ai importé de France un système de billetterie en ligne spécialisé dans les sports hors stade. J'ai fait équipe avec le fondateur de l'outil qui vient d'Alsace. En France, nous sommes reconnus par Le Sportif.com, nous intervenons dans les grands événements, principalement en athlétisme et triathlon.

Ici au Canada, je travaille principalement avec la Fédération du Québec des sports cyclistes. Mon premier employeur est devenu mon premier client.

Je gère l'inscription de la plupart des événements cyclistes au Québec. Et j'essaye d'entrer dans d'autres fédérations.

Lire aussi: Morbihan: le fils du champion du monde Laurent Blanc se marie à Saint-Léry

En mai 2020, mon premier événement avait lieu. J'ai raté la terre. J'ai donc eu l'idée de proposer un festival sur le thème général du cyclisme, avec la projection de films, des conférences, des performances artistiques en freestyle ou en test.

L'événement se déroulerait dans un lieu emblématique de Montréal: le circuit Gilles Villeneuve. En d'autres termes, le circuit canadien de Formule 1 GP. Malheureusement, avec la crise actuelle, le festival n'a pas eu lieu, mais nous avons jeté de bonnes bases pour l'année prochaine.

Partout en Nouvelle-Zélande, François Guimard a retenu toute l'attention.
Partout en Nouvelle-Zélande, François Guimard a retenu toute l'attention. (© DR)

En décembre 2018, vous vous êtes lancé le défi de visiter la Nouvelle-Zélande, du nord au sud. Comment avez-vous eu l'idée de ce voyage?

Je voulais aller voir mon frère en Nouvelle-Calédonie, mais vu la distance, pour en profiter au maximum, j'ai dû amortir le voyage. La Nouvelle-Zélande était un de mes rêves depuis longtemps, alors j'ai décidé de combiner les deux.

Le choix du vélo est venu naturellement. J'ai un ami qui a fait plusieurs voyages à vélo, dont un en Amérique du Sud. J'étais venu le rencontrer et j'ai trouvé qu'il était génial. Lorsque le projet a mûri, j'ai rapidement opté pour des emballages de vélos en Nouvelle-Zélande.

C'était beaucoup moins cher et cela m'a permis d'y rester plus longtemps sans travailler. Le cyclisme était la meilleure option pour explorer le pays.

Quel était le parcours, combien de kilomètres aviez-vous avalé par jour, où avez-vous dormi?

J'ai traversé les deux îles, du point le plus au nord de l'île du Nord, "Cabo Reinga", au point le plus au sud de l'île du Sud "Bluff". J'ai parcouru 4 500 kilomètres en deux mois, avec une moyenne de 90 et 100 kilomètres par étape.

J'ai principalement dormi dans des tentes, sauf les rares fois où j'ai été invité à rester avec les habitants. Les kiwis sont vraiment accueillants, respectueux et reconnaissants envers les voyageurs à vélo, il ne se passe pas un jour sans que quelqu'un vienne nous parler, nous féliciter, nous donner des conseils …

Les voyages sont faits de hauts et de bas. Des leçons de vie à apprendre, des souvenirs inoubliables à partager?

Vivre avec le sentiment d'une expérience inachevée n'est pas pour moi. Et ce, malgré les jours difficiles.

Sur l'île du Nord, j'ai pris la pluie comme jamais auparavant. J'ai eu des pannes mécaniques sur la moto, des coups de fatigue où vous pensez à vous-même, mais pourquoi suis-je ici. Honnêtement, ce sont les moments où vous travaillez votre esprit. Vous n'avez pas le choix, vous devez aller de l'avant et continuer à mettre chaque mauvaise expérience en perspective.

Lire aussi: Bretagne: à bord de leur camion, ils parcourent les routes pour réparer les vélos

C'est drôle que vous utilisiez l'expression «leçons de vie», car il y a une citation dans la vie qui dit que dans la vie il y a «plus d'incidents que de leçons de vie». "C'est de Dan Millman et j'aime vraiment ça. Si vous voyez les choses de cette façon, vous apprenez et passez à autre chose, sinon vous n'avez pas à le faire, vous abandonnez.

Quand on voyage comme ça, on profite de chaque instant: un café chaud quand on est trempé, une prise quand son téléphone est mort, une douche chaude, manger quand on va vouloir … Quand on rentre, on se sent satisfait et tellement bien. Vous accordez beaucoup moins d'importance au superficiel.

Il me semble important de vivre des moments comme celui-ci, vous apprenez à vous découvrir, à trouver vos limites, mais vous appréciez aussi beaucoup les choses du quotidien qui ont été acquises dans notre vie quotidienne. C'est vraiment une expérience que je recommande de vivre, pourquoi pas à pied?

Le sourire est apparu dans les oreilles, même pendant les jours difficiles.
Le sourire est apparu dans les oreilles, même pendant les jours difficiles. (© DR)

Faire du vélo pendant plusieurs semaines, indépendamment et à l'autre bout du monde, ne s'improvise pas. Quels sont vos conseils pour bien préparer ce type de voyage?

On ne peut pas dire que lors du premier voyage j'étais bien préparé. J'ai acheté le vélo trois semaines avant mon départ, je n'avais jamais roulé avant de partir, donc j'ai tout essayé en live, et ça ne marche évidemment pas comme sur le papier!

Je vous recommande donc de bien préparer votre matériel! L'idéal est de sortir le temps d'un week-end ou quelques jours avant le voyage, histoire de tout essayer.

Je ne suis pas une personne avant-gardiste. Le matin, je pédale dans la direction que j'ai choisie sans savoir jusqu'où j'irai. Je ne sais pas où je vais dormir et manger à l'avance.

En Nouvelle-Zélande, je n'ai eu aucun problème car c'est un pays touristique très développé. Il existe de nombreux itinéraires pour traverser le pays à vélo, mais peut-être dans une région moins connue, il vaut mieux mieux préparer son séjour.

Le voyage forme les jeunes, disent-ils. Quel est votre prochain voyage à vélo?

Je pense qu'il n'y a pas de jeu de mots, j'ai attrapé le virus! Cela me donne envie d'aller partout avec mon vélo. A mon rythme. Votre corps vous appelle rapidement à l'ordre si vous voulez en faire trop. Alors passez votre chemin et appréciez ce que vous avez, c'est l'essentiel.

Je viens de rentrer d'un voyage au Québec. J'ai quitté Montréal et fait le tour de la péninsule gaspésienne avant de rentrer chez moi. Un petit 2300 kilomètres en trois semaines. Cela m'a fait beaucoup de bien après que les derniers mois à la maison aient été piégés à la maison et ils ont été annulés les uns après les autres. Même si ce n'est qu'un report.

J'ai l'intention de traverser le Canada l'année prochaine, peut-être aussi la tournée européenne. Nous ne réalisons pas toujours la richesse de notre territoire. Pourquoi pas les Pyrénées, les Alpes, la Suisse, l'Italie et … Ma Bretagne! "

Étape 20: Retrouvailles: Sur une bonne note, Québec – Montréal (285k) 🥵🚴‍♂️🤷‍♂️Le dernier défi de ce voyage, …

Publié par Sur la route de Fanch le dimanche 19 juillet 2020

Meilleure Vente n° 1
Meilleure Vente n° 2
Mes Recettes healthy - Edition collector avec livret Fatburner et étui
  • 200 Pages - 11/13/2019 (Publication Date) - Marabout (Publisher)
Meilleure Vente n° 3
Mon programme minceur 30 jours
  • 144 Pages - 06/10/2020 (Publication Date) - Larousse (Publisher)
Meilleure Vente n° 4
Mes recettes healthy: BIM ! Prends toi en main avec mes recettes fitfightforever
  • 176 Pages - 09/19/2018 (Publication Date) - Marabout (Publisher)
Meilleure Vente n° 5
Mieux manger toute l'année - 2020
  • cuisine|9782263162473
  • 456 Pages - 10/10/2019 (Publication Date) - Solar (Publisher)
Meilleure Vente n° 6
Le grand livre de l'extracteur de jus: 300 recettes pour faire le plein de vitamines
  • 256 Pages - 10/25/2017 (Publication Date) - Larousse (Publisher)
Meilleure Vente n° 7
La Bible officielle du TOEIC® (conforme au nouveau test TOEIC)
  • 624 Pages - 05/09/2018 (Publication Date) - Hachette Éducation (Publisher)
Meilleure Vente n° 8
Jus, la cure détox et minceur
  • Format :Broché
  • Auteur : Cross, Joe
  • 272 Pages - 04/22/2015 (Publication Date) - Larousse (Publisher)
Meilleure Vente n° 9
L'assiette à malices : 101 astuces pour cuisiner sain, vite, bon, à petit prix
  • 1 Page - 06/07/2012 (Publication Date) - Thierry Souccar (Publisher)
Meilleure Vente n° 10
En 2h je cuisine pour toute la semaine spécial débutants: 10 semaines de menus - 50 recettes inratables
  • 96 Pages - 06/12/2019 (Publication Date) - Hachette Pratique (Publisher)